[Centenaire Césaire ] Mais ses mots sont vivants (Capitaine Alexandre)

« Dédié à Aimé Césaire, maître de la parole tambour qui m’a appris que la poésie était avant tout, respiration de l’homme debout. » nous dit Capitaine Alexandre, du Collectif On a slamé sur la lune, dans Africultures. Extrait :

Fin d’un texte

Et commencement de la fin d’un autre

Aimé Césaire s’est endormi

Et comme Grand-père il ne se réveillera pas demain

Crépitement de flammes

Une bibliothèque brûle au loin

« Au bout du petit matin

La grande nuit est immobile

Et les étoiles, plus mortes

Qu’un balafon crevé… »

Aimé Césaire s’est endormi

Mais ses mots sont vivants, et bien vivants !

Ils frappent à notre porte !

Toc !

Toc !

Toc !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s