Un haïku, trois traductions

Un haïku de Bashô, trois traductions :

LA SCÈNE :

Dans une crique, des pêcheurs ont disposé des pots où ils prennent les poulpes ; enclos entre les parois de leur prison, ils font « un court rêve » avant d’être dépecés pour servir de nourritures

VERSION 1 :

Comme la pieuvre prise au pot,

Nous rêvons encore un instant 

En regardant la lune d’été.

(traduction de Kuni Matsuo et Emile Steinilber-Oberlin, 1936)

VERSION 2 :

Dans le piège

le poulpe poursuit un songe vain 

lune d’été 

(traduction René Sieffert, Le carnet de la hotte, 1976, cité par Marguerite Yourcenar

http://derives.free.fr/bashoyource.html)

VERSION 3 :

Dans le pot les poulpes

en un rêve éphémère 

lune d’été 

(traduction Vincent Brochard, 2009)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s