« Arrachez le bonheur aux jours à venir ! » (Maïakovski)

Maïakovski, dans son petit livre de 1926 Comment écrire des vers déconseillait cette formulation pour dire le « fracas explosif de la révolution » :

Héros, errants des océans, albatros,

Hôtes des banquets tonitruants,

Tribus d’aigles, marins et marins,

Pour vous le rubis des mots d’un chant de feu.

signé Vladimir Kirillov (1889-1943), poète prolétarien. Et bien Maïakovski avait tort. Mais le poète russe avait raison de simplifier ses propres vers pour aboutir à un cri :

« Arrachez le bonheur aux jours à venir ! »

Maïakovski, Comment écrire des vers, Adaptation de Philippe Blanchon, La Nerthe, 2014

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s