Les androsphinx de Simon Siwak

Le monde vu par le photographe polonais Simon Siwak est déconcertant, fait d’êtres écorchés, bien que lisses, inachevés bien que debout. Ses androïdes androgynes androsphinx, mi-hommes mi-machines, sont des fœtus adultes, prisonniers de leur naissance prise en instantané, objets traversés de diverses fl!ches, comme des Saint-Sébastien de l’ère numérique. A voir sur un air de Klaus Nomi.

RememberYou, art numérique, 2011.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s