Bonne année haïku 2022

Du vaste univers

les planètes sont malades

Que la rosée demeure

Takaha Shugyō (1930-) 鷹羽狩行

cité par Alain Kervern, Haïkus et changement climatique, « Le regard des poètes japonais », Georama, 2019, p. 27

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s