La poésie se cache…

أَلشِّعرُ يَكْمُنُ
في مَكانٍ ما
خَلْفَ لَيلِ الكَلِماتِ

طه محمد علي

La poésie se cache
Quelque part
Derrière la nuit des mots

Taha Muhammad Ali (1931-2011), Une migration sans fin, Galaade, 2012, trad. arabe (Palestine) Antoine Jockey

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s