Aux Francophonies en Limousin…

Aux Francophonies en Limousin, festival de théâtre qui présente une très belle programmation cette année, on ne compte aucun artiste africain empêché pour refus de visa. Assister le même soir au Marivaux de Jean-René Lemoine, Le Jeu de l’amour et du hasard, avec une langue qui va du précieux de l’imparfait du subjonctif jusqu’au créole pour les apartés au public, apprécier cette nouvelle génération de comédiens haïtiens qui vient à la scène comme des morts de faim, qui font aimer le théâtre comme personne puis courir voir dans un genre radicalement différent Et si je les tuais tous madame ? d’Aristide Tarnagda (déjà remarqué cette année au TNP de Villeurbanne dans Une saison au Congo de Schiaretti), où la question Partir ou Ne pas partir est pulsée dans un brûlot de gorge chanté à saturation dans le temps étiré de l’heure d’un feu rouge, c’est éprouver l’urgence de l’exil, alors que cela fait longtemps que l’on désespère l’Europe et Lampedusa, sinistre cimetière où agonisèrent humains, de tous genres, sexes, âges, espoirs et leurs vies qui vont avec.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s