Expo Haïti au Grand Palais : on a perdu une ministre de la culture

Au Grand Palais, ce soir, pour le vernissage de l’exposition « Haïti, deux siècles de création artistique », il manquait :
– une ministre de la culture de la France, qui n’avait pas inscrit ce vernissage à son agenda hebdomadaire et qui a tenu parole : elle n’est pas venue,
– des télévisions nationales – excepté France Ô – qui n’ont pas considéré que cette exposition de 160 œuvres magnifiquement conçue était digne d’être couverte,
– l’Agence France-Presse, qui n’a pas cru bon se déplacer.

Au Grand Palais, ce soir, pour le vernissage de l’exposition « Haïti, deux siècles de création artistique », étaient présentes :
– une ministre haïtienne de la culture,
– une ministre française de la justice, garde des Sceaux, qui a fait une visite d’une heure trente.

Au Grand Palais, ce soir, pour le vernissage de l’exposition « Haïti, deux siècles de création artistique », il y avait :

– un géant vaudou au sexe proportionné, donc géant lui aussi,
– une autre figure vaudou en textile et paillettes,
– des crânes en grand nombre,
– incrustés de paillettes à la manière des vanités,
– au cœur d’une chaise de handicapé peinte en couleur alu,
– cohabitant avec des crânes de cerf de Nouvelle-Calédonie et des châles du lumière,
– des têtes de poupées vaudou dans un mécano mental,
– des boutons cousus dans un tableau en métal recyclé façon Klimt,
– des regards fous, de déterrés, de biais, de toutes qualités visuelles,
– un paradis terrestre à 100 000 dollars,
– un cercueil préfètoral, naïf et beau,
– un fossoyeur en costume blanc, couché dans une brouette, portant dignement une cravate rouge,
– une ancien député de Saint-Domingue fin 18ème,
– des corps dans la neige, dans la constellation du ciel lors d’un séisme à 300 000 morts sur l’échelle de Richter, dans les dominos du quartier Jalousie,
– des sculptures vaudou en béton des rites rada, nage et petro,
– du beau monde,
– des snobs,
– des beautés noires canon qui prenaient plaisir à se faire photographier,
– des miroirs dans un tableau, sur une tête sculptée,
– des collages,
– des vidéos,
– des natures mortes,
– des natures très très vivantes,
– de la magie noire, au moins en peinture,
– Erzuli, en veux tu-en voilà,
– un roi du Vaudou bien entendu,
– de l’art maçonnique en peinture, en objets rituels,
– d’anciens amis qui se sont retrouvés,
– deux femmes artistes suisso-haïtiennes,
– un arbre de vie métallique et sonore pour éloge funèbre,
– des fers découpés ou bos-métal, même en vente à la librairie,
– une femme araignée peinte par un ancien juge borgne et qui a pourtant huit pattes,
– un mariage à l’haïtienne, des mariés portant des masques de lapins,
– des artistes intranquilles,
– un artiste portant un masque-tête-géante de poupée vaudou,
– des Sans-titres effrayants mais sidérants,
– une riposte double à Duvalier père et fils, agrafés dans leur portrait de chef,
– un Toussaint Louverture,
– le mot arabe « les ruines », écrit en arabe الأطلال (« el-atlal ») sur un Temple de la déesse Joséphine Baker, créé par un artiste haïtien vivant à Berlin,
– une œuvre intitulée « Haïti chérie », parce qu’elle le vaut bien,
etc.

Coïncidence, ce vernissage s’est déroulé le 18 novembre 2014. C’était la date anniversaire de la bataille de Vertières, dernière bataille de la guerre d’indépendance d’Haïti.
Le 18 novembre 1803, dans cette commune du Nord de l’ancienne colonie de Saint-Domingue (qui allait devenir indépendante sous le nom d’Haïti l’année suivante), un affrontement entre maîtres et anciens esclaves, qui se battaient au nom des valeurs de la Révolution française, et qui montaient à l’offensive en chantant La Marseillaise,  s’est soldé par l’une des pires défaites de l’armée napoléonienne [lire le livre récent de Jean-Pierre Le Glaunec chez Lux : L’armée indigène (la défaite de Napoléon en Haïti)].

7 commentaires

  1. J’y étais. C’est une très belle exposition! Quelle énergie créative! Pauvres Français si repliés sur eux-mêmes, si embourbés dans l’inutile et le mesquin, si peu curieux, si peu aimants, si ignorants, si peu à la hauteur de l’enjeu : faut-il un autre drame pour que nos « officiels » s’intéressent à cette île-soeur dont le Français est une des deux langues officielles?

    J'aime

    Réponse

  2. Bonjour de Montréal et un vif merci à Lise Bourquin Mercadé pour son commentaire à l’aune du coeur et de l’intelligence.

    J’invite les lecteurs de ce magnifique blog à lire mon plus récent article, « L’ACADÉMIE CRÉOLE : « LOBBY », « ONG » OU INSTITUTION D’ÉTAT SOUS MANDAT D’AMÉNAGEMENT LINGUISTIQUE? »; lien : http://www.berrouet-oriol.com/linguistique/amenagement-creole-et-francais/l-academie-creole-lobby-ong-ou-institution-d-etat-sous-mandat-d-amenagement-linguistique

    Merci de faire bon accueil à cet article et merci à tous ceux qui auront à cœur de le partager.

    Bien cordialement,

    Robert Berrouët-Oriol
    Linguiste-terminologue
    Site Internet : http://www.berrouet-oriol.com

    J'aime

    Réponse

  3. J’y étais:
    1. choquée par l’absence de Fleur Pèlerin
    2. avais en tête l’anniversaire de la bataille de Vertières occultée des livres d’histoire en France
    3. dégoûtée des médias français qui ont ignoré l’évènement (et ne se sont même pas déplacés)
    4. le titre de l’expo est inapproprié: sur les 200 ans de création, 150 en ont été occulté; le sous-titre est plus adapté « Re-voir Haïti »
    5. l’espace est trop petit pour bien mettre en valeur toutes les œuvres exposées
    6. Et enfin, malgré tout, cette expo est à voir absolument !

    J'aime

    Réponse

  4. Peut-on, s’il vous plaît, avoir un peu de respect et éviter d’insulter tout le monde au nom de quelques absents ?
    Certes, l’absence des ministres est regrettable, mais l’intérêt et le succès d’une exposition ne se mesurent heureusement pas au nombre de ministres présents au vernissage. L’auteur semble l’oublier et utilise un ton sarcastique maladroit qui inviterait plutôt à dénigrer l’exposition. Les ministres absents, eux-mêmes, n’ont pas fait autant de tort à l’exposition.

    J'aime

    Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s