Poème limule 185

Qu’elle me laisse bouche bée
Amolli que je suis
Dans la fièvre de ses lèvres
Sur la crête d’un baiser
Quand infuse
Sa parole
Dans le silence
D’un corps en suspens

Un soir, fil-de-fériste à la surface du désir
Un autre, papillon d’illusion
Fêtu qui se cogne au feu d’un silex
Braise enfouie dans la cendre
Un autre encore, puiseur qui s’essouffle
Malheur des gouffres amers
Suspendu à la virgule de ses vocalises
Largué comme voile sans mât
Alors s’en va, s’abîme, s’arrime
Au tic-tac de sisyphe.

Deux étrangers obliquent
L’un est dans les affres
Ô solitude !
L’autre dans la transe
Sublime déchéance
Non ! triste distance
Des corps évanescents

Ki Uid, Poèmes limules, éditions tonales.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s