La femme, l’argent et l’homme africain

Vu le film Hyènes de Djibril Diop-Mambety (Sénégal, 1991) à l’Institut français du Congo et sa beauté théâtrale, burlesque et tragique, à l’esthétique puissante, à l’humour chaleureux, adaptée de la pièce de Friedrich Dürrenmatt La Visite de la Vieille Dame, qui raconte le retour vengeur au pays natal, Colobane, trente ans après en avoir été bannie, de Linguère Ramatou (Ami Diakhate), milliardaire et archiputain, Médée et Méphistophélès faustien, village auquel elle offre la fortune contre la peau de son ancien amant (Dramaan Drameh, interprété par Mansour Diouf), responsable de son exil, lorsqu’à 17 ans elle était enceinte de lui. Un conte philosophique cruel sur la corruption et la lâcheté collective.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s