Le hérisson est plus piquant que la harissa

« Le hérisson est plus piquant que la harissa », nous dit ce titre des Nouvelles Hybrides, à propos du livre de Jean Zéboulon & Zaven Paré, Bestiaire pour les jours de cafard, édité par Harpo & (Pierre Mréjen). Et que mon ignorance jusque là ne m’avait pas permis de découvrir. Mais que ma curiosité alors saisie a rapproché d’une édition antérieure, au Seuil, que certains sites de vente proposent à près de 300 €… Or l’édition de chez Harpo & est superbe, composée sur linotype et gravée sur bois, aux pages non coupées. De l’édition grand art pour petites pépites où le jeu de mots devient magique, le calembour, geste de troubadour ou art poétique : « le ver de terre sous le bleu du ciel ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s