Niroz Malek, Le Promeneur d’Alep, تحت سماء الحرب (Sous le ciel de la guerre)

nmExtrait p. 25 :

Un passage

Rentrant chez lui avec sa ration quotidienne de pain, de légumes et quelques fruits, il remarque le nombre important de faire-part de décès collés à l’entrée des immeubles qu’il longe. Il se dit : La mort est en forte croissance ces derniers temps, que Dieu nous préserve.
Il franchit les derniers pas qui le séparent de son immeuble. À l’entrée, il tombe sur un faire-part de décès, apparemment ancien. Il se met à le lire et quand il a fini, il s’étonne de se voir mort en martyr depuis bientôt un mois.
Triste, il fait demi-tour et prend la direction du cimetière. Il doit y arriver avant le coucher du soleil, sinon, il trouvera le passage fermé. Il restera ainsi éveillé toute la nuit et ne parviendra à sa tombe pour y dormir que le lendemain matin.

Niroz Malek, Le Promeneur d’Alep, Le Serpent à plumes, 2015, trad. Fawaz Hussain. Titre original : تحت سماء الحرب   « Tahta sam’il harb » (Sous le ciel de la guerre).

Existe en arabe, français, suédois ; à la fin 2016 en allemand…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s