La terre ne révèle son pénible fardeau… لا يَنْطِقُ الرَمْسُ بضنى ثِقَلِهِ Salah Al Hamdani

Au moins 44 civils ont été tués et des dizaines d’autres blessés, mardi 19 avril, par des frappes, vraisemblablement de l’armée de l’air syrienne, sur deux marchés de la province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, contrôlée par le Front Al-Nosra. La branche syrienne d’Al-Qaida est exclue, comme l’organisation Etat islamique (EI), de la trêve entrée en vigueur à la fin de février entre régime et rebelles.

Au moins 37 civils ont été tués dans des frappes sur un marché à Maaret Al-Nouman et au moins sept autres ont péri dans des raids sur un autre marché, à Kafr-Nabl, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Réagissant à ces attaques, parmi les plus sanglantes depuis le début du cessez-le-feu, la Coalition syrienne de l’opposition, qui regroupe les principales formations politiques en exil, a condamné des « massacres ». (Le Monde)

Bagdad-Jérusalem000-e1336936855307

شهادةٌ
لا يَنْطِقُ الرَمْسُ بضنى ثِقَلِهِ
إلا حينما يَصطدِمُ بسقوطِهِ
كَفَنُ البريءْ

Témoignage
La terre ne révèle son pénible fardeau
que lorsqu’elle heurte, dans sa chute
le cercueil de l’innocent.

Salah Al Hamdani,

dans le recueil commun avec Ronny Someck, Bagdad-Jérusalem à la lisière de l’incendie, recueil de deux poètes – l’un arabe, l’autre juif – nés la même année, 1951, dans la même ville, Bagdad, traduit de l’arabe (Irak) par Isabelle Lagny et Salah Al Hamdani, et traduit de l’hébreu (Israël) par Michel Eckhard Elial, éditions Bruno Doucey, 2012

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s